La 2nde génération

                                                                   

          Suite au nombreuses polémiques et controverses que ces alternatives en tant que futurs carburants de l'après pétrole ont provoqué, les scientifiques ont proposé une nouvelle version améliorée de ces carburants du futur, dont l'impact sur la planète est réduit. « La version 2.0 » est fabriquée à partir de lignocellulose, une matière présente dans la paroi des végétaux et du bois. On peut notamment utiliser les résidus agricoles (paille, céréale, rafle du maïs ou tige de colza. Ils permettent de produire plus de tonnes d'équivalents pétrole).

 

La lignocellulose est composée de 3 constituants naturels :

     - la lignine, principal constituant du bois, substance organique qui produit le durcissement des cellules du bois;

     -l’hémicellulose, la substance glucidique contenue dans la membrane des cellules végétales. Elle est hydrolysable (décomposable par l'eau) en milieu acide;

     - la cellulose, glucide constituant la membrane des cellules végétales. Elle est formée par les plantes, à partir du gaz carbonique. Elle est soluble en milieu alcalin.                                                                                                                                                                                                                                                                     Elle contient du glucose qui, une fois extrait peut être converti en éthanol par fermentation. Mais les hémicelluloses génèrent des pentoses, ou sucres à 5 atomes de carbones, ce qui les rend difficilement convertibles en biocarburant par les micro-organismes actuels. De plus, il est très coûteux d’extraire les celluloses et les hémicelluloses de la matière première, notamment à cause de la présence de lignine, molécule particulièrement solide qui doit être préalablement cassée. 

                                                

          De ce fait, de nouvelles cultures d'herbacées se sont développées, comme la switchgrass ou le miscanthus. Cette dernière présente quand même des risques pour les sols car elle développe une quantité non négligeable de racine. De même pour l'Igniscum qui est une plante invasive interdite à la vente mais qui est tout de même commercialisée dans des entreprises allemandes. 

 

         Les agro carburants sont encore en voie d'amélioration mais s'affirment de plus en plus en tant que carburants de l'après pétrole. De nouvelles technologies se développent même si certaines sont encore à l'état de recherches. 

Par exemple, le Projet FUTUROL a été lancé en 2008. Il assurera la mise sur le marché d' un procédé, des technologies et des produits (enzymes et levures) pour assurer la production de bioéthanol de seconde génération, à partir de plantes entières dédiées mais aussi de produits agricoles et forestiers, résideus verts et autre biomasse lignocellulosique. Le lancement de construction d'une unité protype est prévu en 2013. 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site