Quelques exemples


Il existe plusieurs sortes d’huiles végétales. Voici quelques biocarburants qui font partis des plus connus.

Le Biodiesel
Le plus connu est le Diester. Le mot Diester provient de la contraction des mots “diesel“ et “ester”.C’est un agro carburant de seconde génération destiné aux véhicules diesels, issu d’une huile végétale brute. De ce faite, il n’augmente pas le taux de dioxyde de carbone présent dans l’atmosphère. Il est obtenu par réaction de « trans-estérification » (transformation de glycérides par échange des molécules d'acides gras) des huiles végétales (colza et tournesol) et du méthanol. Une tonne d’huile et 100 kg de méthanol sont utilisés pour obtenir une tonne de Diester et 100 kg de glycérine.
Il est plus visqueux et plus corosif que le pétrodiesel ce qui entraine la dégradation du caoutchouc naturel utilisé dans le joint des moteurs. Néanmoins le biodiesel est plus cher que le gazole et les performances du moteur sont dites moins satisfaisantes que celles du gazole.



Le Bioéthanol
Il peut être produit à parti de n'importe quel végétal contenant du saccharose ou du glucose. Il est peut être obtenu par 2 techniques :
- soit par extraction du glucose ou du saccharose, puis par fermentation,
- soit par la distillation de l'amidon

L'éthanol est, en réalité, à la base, un alcool éthylique. En Europe, il est transformé en ETBE ( Ethyl Tertio Btyl Ether). En 2003, sa production était de 22 Milliards de litres dans le monde, et de 620 Millions dans l'Union Européenne. Il est souvent utilisé sous le nom d' E85.



L'huile de tournesol
Elle est présentée comme la plus intéressante sur le plan de l'écobilan. Mais elle contient plus de particules de gomme qui engendre la condamnation du conduit d’alimentation en carburant.


L'huile de colza
Elle est avantageuse pour son prix relativement bas et facilement utilisable car elle est pauvre en acide gras saturés.

L'huile d'arachide
Elle ne demande pas de raffinage pour pouvoir être cuite sans risque cancérigène. Mais elle a tendance à se figer à 13°C, ce qui la rend difficilement commerciable.

Les huiles-déchets
Elles peuvent être utilisées comme carburants, et leur combustion est notamment meilleure, grâce à leur très forte oxydation. Par exemple, les huiles de fritures usagées, les huiles de poissonneries ou les graisses d'abattoir après décantation et filtration à un micron. De plus, cela permet le recyclage d' un déchet issu de la biomasse pour la production d'énergie à la place de produits d'origine fossile.Cependant, même si son utilisation ne requiert pas de culture supplémentaires et permet de ne pas avoir à les rejeter dans la nature, leur utilisation en très grande quantité s'avèrerait difficile, les sources pouvant fournir ces huiles étant peu nombreuses. De plus, la forte acidité de ces huiles représente un risque important d'usure du moteur à moyen terme. .

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×